Les Fourberies de Scapin Molière

Après L’École des Femmes, accueilli il y a deux ans, voilà Christian Esnay et sa troupe de retour avec Les Fourberies de Scapin, un spectacle à la croisée des traditions populaires italiennes et de la commedia dell’arte.  

Comme une échappée belle, la pièce de Molière ramène le théâtre à sa plus simple expression, le langage et les mots suffisent à mettre le monde en critique. Jeunesse contre barbons, gaieté contre mélancolie, amour contre calcul. Par-dessus tout ça, conduisant la mascarade, Scapin, malicieux valet, va déployer toute son ingéniosité pour tirer d’affaire les jeunes gens car il est l’ami du peuple. Autre temps, autres mœurs, mais continuité philosophique. Cette farce incarne cruauté, candeur, bouffonnerie et irrévérence. Touchée par le contexte dans lequel écrivait Molière à l’époque, la troupe reprend cette pensée de Scapin comme un étendard : si le pire est toujours sûr, le hasard ne l’est pas moins, et il y a toujours de la ressource même quand tout a l’air perdu. Le rire est une affaire sérieuse.

Grâce à l'énergie et la vivacité des comédiens, au rythme trépidant et cruel de cette farce mordante et hilarante, Christian Esnay mène son spectacle tambour battant et proclame la joie d'un théâtre populaire, inventif et explosif.

Ce spectacle fera l'objet de trois représentations scolaires le 10 mars à 10h et 14h et le 11 mars à 14h.

Christian Esnay · Les Géotrupes · Le Fourberies de Scapin

Depuis ses débuts, la compagnie des Géotrupes entend concrétiser l’accessibilité au théâtre au plus grand nombre. «Message de foi» unanime qui ne saurait trouver détracteurs... mais encore faut-il se donner les moyens de le viabiliser? Avec conviction. Avec désir. C’est pourquoi Les Géotrupes menés par Christian Esnay initient des principes de travail hors normes pour sortir le théâtre des ornières et y apporter de l’inédit, de «l’indiscipline» voués aux exclus. Pour ce faire, Les Géotrupes, groupe constitué de comédiens partageant un même point de vue sur le théâtre public, travaillent, du premier au dernier jour, en répétitions ouvertes au public. C’est là que débute une aventure artistique, humaine, généreuse, surprenante, féconde... que reflète le répertoire des Géotrupes.
Après la mise en scène du diptyque de Howard Barker au Théâtre de l’Odéon en 2009, Les Européens et Tableaux d’une exécution, qui aiguisent la curiosité de l’amateur d’art à se cacher dans l’atelier d’un maître pour y surprendre les rouages de la création, Les Géotrupes s’attaquent à la tétralogie d’Euripide, jouissif marathon loin des «pompes» du théâtre antique, véritable fête démocratique, montée avec la volonté de révéler la tragédie grecque comme le théâtre ludique qu’elle recèle en son sein.
Autre temps, autres mœurs mais continuité philosophique : Molière et son aura populaire, «pop-star» des plateaux, porte drapeau de la farce, vertueux réconciliateur des oubliés du théâtre. Comme une échappée belle, Les Fourberies de Scapin ramènent ainsi le théâtre à sa plus simple expression ; le langage et les mots suffisent à mettre le monde en critique. Scapin, c’est une espièglerie hors de saison. Dont le héros est l’Espiègle. Tout se tient : on efface tout et on recommence – la belle équipe.

Comme une échappée belle

Les circonstances dans lesquelles les Fourberies sont données en 1671 en disent long sur le sens qu’elles ont pour Molière. Si ce n’est pas une sortie de route, ça y ressemble beaucoup !
Molière n’a plus rien écrit pour «la ville» depuis trois ans (c’était l’Avare), et il vient de donner coup sur coup une série de grandes machines pour «la cour», des pièces à grand spectacle et grand prestige, qui ont satisfait certainement sa gloire, mais non peut-être sans «plomber» son génie. Pour ce Molière au sommet, à deux ans de sa mort, la mascarade de Scapin est comme une échappée belle.
Un retour à «la ville», un retour en arrière, aussi, vers une jeunesse insolente, vive. La salle du Palais-Royal est en travaux, impossible d’y créer quoi que ce soit de lourd. Tant mieux, c’est comme une chance. Rien dans les mains, rien dans les poches, tout dans les jambes et dans la bouche : du théâtre à toute vitesse. Ramasser tout ce qui traîne (reprendre son bien, dit Molière), un peu de Rotrou par-ci, de Cyrano par-là, et des Italiens mélangés à du Térence qu’on fait un peu «grimacer» (Boileau, qui râle), secouer le tout, et voilà. Du théâtre en travaux, c’est ça que Molière récupère, exactement, et avec quelle liberté !
Le public boude. Quand Molière sera mort, le public raffolera. Parce que c’était toute la vérité première de Molière, simplement.

Scapin : La "Cosa Nostra" du Comique

Lire plus...

Monter Scapin, c’est pour cette raison-là et aucune autre. Parce que Scapin, origine incontrôlée, c’est l’ami incarné du peuple (Boileau, qui persifle), et à ce titre l’occasion de retrouvailles nécessaires avec un long théâtre anonyme et populaire et international, avec une immense famille : zanni de tous les pays, unissez-vous. Tabarin ne fait pas honte à Molière, Copeau a raison. C’est la cosa nostra du comique.
Notons qu’au commencement des Fourberies, Scapin est en retraite, ou au moins en retrait. Un peu de fatigue, l’âge aussi, et beaucoup de prudence... Il n’est plus tout à fait ce qu’il a été. Lui aussi, il va se refaire la main, et se refaisant une santé, se démontrant à lui-même qu’il est toujours là, se refaire aussi une légende. C’est comme si c’était la dernière fois qu’il jouait Scapin lui-même, une dernière fois visitée par le souvenir de la lointaine première fois. C’est pourquoi il faut jouer encore et encore Scapin, Scapin jouant Scapin pour un feu d’artifices avant clôture de saison.
Le repris de justice, le débaucheur, oui, mais surtout le mécanicien, le génie de la fabrique, qui ne se contente pas de prestations de services, qui pratique l’embrouille, l’imbroglio, comme un art. Il n’aime les choses que quand c’est impossible, quand leur inventer une issue relève du miracle, de la danse au-dessus des eaux. Il fait descendre une sorte de merveilleux sur les êtres, sur la vie. Il faut l’écouter quand il dit qu’il reprend du service par humanité. La fourberie comme gratuité, comme grâce, dans tous les sens que vous voudrez, d’une divinité mercurienne, et vieillissante.

La Vertu de la farce

La farce a en effet sa loi, son risque et sa vertu. Sa loi, c’est d’être cantonnée dans le jeu gratuit, restreinte à une «bulle» sans rapport à rien d’autre qu’à elle-même. Son risque, c’est du coup de devenir une sorte de mécanique, une artificialité, que précisément sa vertu est là pour corriger. La vertu de la farce est de mobiliser dans le rire le plus éclatant l’humanité la plus totale. Ce n’est pas un hasard si elle travaille avec gourmandise sur les conflits de génération : c’est toujours pour prendre le parti de la jeunesse, de la vie, mais c’est aussi, subtilement, pour préparer des sortes de retrouvailles entre jeunesse et vieillesse. Une fois résolus les conflits, c’est la gaieté de l’armistice qui s’ajoute à la jubilation du triomphe.
Pour les dix rôles des Fourberies, la distribution comportera sept acteurs. Outre Scapin, quatre jeunes comédiens pour les couples d’amants et deux comédiens âgés pour les deux rôles de pères. Les Géotrupes sont ainsi fidèles à l’échange des rôles qui a toujours marqué leur jeu, dans la mesure où les deux jeunes filles se partageront les utilités, qui sont ici au nombre de trois, mais ils introduisent aussi une innovation par rapport à leurs principes en choisissant de respecter pour les Fourberies un rapport de convenance entre l’âge des comédiens et leurs rôles respectifs. Pourquoi ? Parce que si, comme dit Scapin, «les jeunes gens sont jeunes», il convient que les pères en face aient aussi leur âge !

Une espièglerie hors saison

Jouer Scapin en «homme consolatif», comme il dit très bien de lui. Celui qui remet à la tranquillité monotone, mortifère, des jours, une folie perpétuelle. Des hauts et des bas, des cabrioles et des chutes. Scapin et sa petite philosophie portative, qui sait que le pire est toujours sûr, mais que le hasard aussi n’est pas moins sûr, en sorte qu’il y a toujours de la ressource même quand tout a l’air perdu.
Et toujours à rire, c’est presque une question d’honneur.
Jouer les Fourberies comme la farce qu’elles sont, c’est-à-dire comme quelque chose de très instable, complexe, difficile. La farce qui recrée de la jeunesse, entre férocité et joyeuseté. Trouver son point d’équi- libre, mouvant, entre le non sérieux qui volatilise toutes les pesanteurs, et un secret sérieux, qui dit comme en passant, à la légère, la cruauté des pères, des riches, des règlements, et la crudité des rapports humains et sociaux, entre pères et fils, riches et pauvres, gens d’ordre et gens de désordre.
Jouer le comique en vue des mœurs, soit, mais sans passer par la punition (le – trop – fameux castigat ridendo mores). Ne pas «mori- géner», c’est le mot que Molière pose sur le plus haïssable de tout. La farce sert à éviter cet écueil. Si les mœurs doivent être bonnes à la fin, ce sera à proportion de l’air qu’on aura fait respirer, du courant qu’on aura fait passer, et pas à proportion des enfermements et contraintes des corps imposés par force.
Jouer la comédie, enfin, et surtout, en vue de la fraternité, et de ses embrassades, qui payent de tout, par un allègement des charges. Chez les théoriciens, on disait (en se pinçant un peu le nez) que tout ça «désoccupait» : c’était très bien vu.

L'action au premier plan

Du «théâtre pur» (Bray), s’il est vrai que le théâtre est action. C’est en effet ce qui constitue l’essence des Fourberies, mais aussi l’effet spéci- fique qu’elles libèrent. Il y a comme une morale, qui d’ailleurs n’est pas étrangère à nos temps de crise, y compris celles de la culture, et du théâtre lui-même. Cette morale, c’est que, quand il n’y a plus rien, il y a encore quelque chose. Quand il n’y aurait plus rien, il y aurait encore quelque chose. Ce quelque chose, le théâtre en fait son lieu et son temps. Ce quelque chose qu’il y a à faire, c’est même le théâtre lui-même. Les Fourberies? Regardez, pour les jouer, pas besoin de plus ni mieux que trois objets, que n’importe qui peut trouver chez soi, ou même dans la rue. Arte povera, c’est le cas de le dire. C’est ça, un art démocratique.
Et comme il n’y a rien, il n’y a qu’à courir, profiter de cette apesanteur. Scapin, c’est l’homme de théâtre, du théâtre, de tout le théâtre : il est l’auteur, il est le producteur, il est le metteur en scène, il est le directeur d’acteurs, il est l’acteur, il est même le spectateur.
Cette «Italie» de la farce, napolitaine, conventionnelle, rêvée, peut-être fantasmée, elle est l’alternative à la pompe des grandes maisons, des grandes troupes, des grandes œuvres. C’est comme interjeter appel contre la condamnation du théâtre, et de la vie, à la lourdeur, la gravité. Telle est la fourberie suprême des Fourberies, ce théâtre sur le théâtre que Scapin y glisse, pratique, illustre – l’Illustre Théâtre qui revient à Molière, et à nous tous pour peu que nous soyons fatigués.

Distribution
  • Mise en scène, Scapin : Christian Esnay
  • Zerbinette : Rose Mary D'Orros
  • Hyacinte et Nérine : Pauline Dubreuil
  • Argante : Gérard Dumesnil
  • Géronte : Jean Boissery
  • Octave : Jacques Merle
  • Léandre : Antoine Rosenfeld
  • Silvestre : Tous en alternance

(c) Alain Fonteray

Production les Géotrupes, Coproductions La Comédie Clermont Ferrand. Soutiens DRAC Ile-de-France, Département des Hauts-de-Seine.

Presse

Véritable aventure artistique et humaine, le travail des Géotrupes se veut fidèle à une idée vivante, vivace, généreuse et surprenante du théâtre public [...] Ils trouvent en Molière un compagnon idéal pour un théâtre populaire et festif. Manuel Piolat Soleymat - La Terrasse - Nov 2013

La compagnie, menée par Christian Esnay, a pour idéal un théâtre populaire, accessible ; eux sont joyeux, idéalistes et emballés. Le public, lui, est séduit, immédiatement. Sur la scène, pas de décor et peu de costumes : juste, le texte, le jeu, et puis c’est tout. Et ça marche furieusement bien ! Toutelaculture.com

 

Production les géotrupes, La comédie de Clermont-Ferrand / Scène Nationale.

Avec le soutien du ministère de la culture et de la communication/Drac Île-de-France, du conseil général des Hauts-de-Seine. Les géotrupes sont conventionnés par la Drac Île-de-France

Représentations

Théâtre de l'Usine, Saint-Céré
  • vendredi 11 mars 2022 20h30
Informations

A partir de 10 ans / Durée : 1h40
RDV DES CURIEUX EN LIEN AVEC CE SPECTACLE
Stage de pratique théâtrale les 19 et 20 février avec Christian Esnay

Tarifs

Tarif A
Plein 19 €
Découverte / Réduit 16 €
Passion / Réduit + 13 €
Jeune 5 €
Informations pratiques / abonnements

Tarif découverte / réduit : abonnés découverte (et anciens abonnés découvertes), groupe à partir de 10 personnes, comités d'entreprises, personnes handicapées.
Tarif passion / réduit + : abonnés passion (et anciens abonnés passion), demandeurs d'emploi, intermittents du spectacle.
Tarif Jeunes : moins de 18 ans et étudiants de moins de 25 ans.

Offre exceptionnelle pour cette saison 21/22 : si vous étiez abonné sur la saison 20/21 du Théâtre de l'Usine ou sur le festival 2021, vous bénéficiez du tarif Découverte ou Passion selon votre abonnement, et ce quel que soit le nombre de spectacles choisis.

Abonnement Découverte : abonnement nominatif 4 spectacles minimum. Cet abonnement vous donne droit au tarif découverte.
Abonnement Passion : abonnement nominatif 8 spectacles minimum. Cet abonnement vous donne droit au tarif passion.
Le + de l’abonnement Passion : faites découvrir le Théâtre de l’Usine à un de vos ami, il profite du tarif réduit sur un des spectacles de votre abonnement !

Réserver

Archives

- saison 2020/2021
- saison 2019/2020
- saison 2018/2019
- saison 2017/2018
- saison 2016/2017
- saison 2015/2016
- saison 2014/2015
- saison 2013/2014

© 2013 Opéra Eclaté - Création PIXBULLE