Devenez mécène

La Femme de la photo D'après Les années d'Annie Ernaux

La compagnie Le Cri Dévot explore avec cette pièce la mémoire vivante et sa transmission intergénérationnelle. Camille Daloz a conçu ce projet autour du roman-fleuve Les Années d'Annie Ernaux, entre témoignage personnel et histoire collective. Création novembre 2020 

Après avoir travaillé la notion de mémoire collective sous l’angle des souvenirs et de la mort (Notre Empreinte, d’après La Mastication des Morts de Patrick Kermann), s’être questionnée sur le rapport à l’histoire moderne et les grands événements de la première moitié du XXème siècle (projets La Troisième Vague & Diptyque Mémoire & Résistance), la compagnie poursuit ses explorations artistiques en s’intéressant plus particulièrement à une mémoire vivante, celle de l’histoire récente, et à sa transmission intergénérationnelle.

Pour cela, La compagnie Le Cri Dévot a construit un projet pluridisciplinaire, participatif et fédérateur, autour du roman-fleuve Les années d'Annie Ernaux. La pièce La Femme de la photo clôture un cycle de travail mené autour de soirées impromptues, de créations partagées et de petites formes théâtrales gravitationnelles (dont vous pourrez découvrir une partie avec la programmation de deux épisodes des Instantanés à Martel le mardi 09 décembre).

L'histoire

Qui est-elle, cette femme de la photo ? Sans cesse transformée par les âges et les époques, de la seconde guerre mondiale à aujourd’hui, on la devine à partir de souvenirs précieusement conservés. La femme de la photo est à la fois une enfant modeste de Normandie, une ado marquée par l’ennui et la honte, une jeune épouse qui s’embourgeoise mais aussi une femme gelée et une amante courant après son désir trop longtemps réfréné. Derrière ces nombreux visages se dévoile le portrait d’une femme qui cherche sa place au milieu d’hommes dans une société en perpétuelle mutation. Et puisqu’elle est toujours là où on ne l’attend pas, la femme de la photo s’incarnera ici à travers quatre voix d’une nouvelle génération ; une manière de lier davantage le passé au présent. La femme de la photo, ça pourrait être votre mère, votre fille, votre petit copain, la dame de la chambre 12, ou votre voisine sur le siège d’à coté. Ça pourrait même être vous.

Extrait

Toutes les images disparaîtront. (...) Elles s’évanouiront toutes d’un seul coup comme l’ont fait les millions d’images qui étaient derrière les fronts des grands-parents morts il y a un demi-siècle, des parents morts eux aussi. Des images où l’on figurait en gamine au milieu d’autres êtres déjà disparus avant qu’on soit né, de même que dans notre mémoire sont présents nos enfants petits aux côtés de nos parents et de nos camarades d’école. Et l’on sera un jour dans le souvenir de nos enfants au milieu de petits-enfants et de gens qui ne sont pas encore nés. Comme le désir sexuel, la mémoire ne s’arrête jamais. Elle apparie les morts aux vivants, les êtres réels aux imaginaires, le rêve à l’histoire.

Les Années, Annie Ernaux - Éditions Gallimard 2008

La compagnie Le Cri Dévot

Créé en 2011 à Montpellier, Le Cri Dévot explore les écritures contemporaines sous le signe de la rencontre. L’immersion dans un environnement spécifique, hors des salles de spectacle, constitue toujours le point de départ de nos créations. Durant ces immersions, nous enrichissons nos points de vue et nous suscitons la curiosité des habitants, élèves, usagers... De cette façon, nous nous éloignons de nos réponses trop hâtives et pouvons pleinement expérimenter une œuvre devenue collective. Les projets de territoires et les créations partagées ont ainsi pris une place centrale dans le développement artistique de la compagnie. Le passage par des lieux aux tailles et moyens techniques très variables nous invite également à créer des spectacles facilement adaptables, qui puissent correspondre aux besoins de programmateurs ne disposant pas de lieux dédiés. Cela participe aussi du souhait de développer au sein de la compagnie des actions qui vont dans le sens de la démocratisation culturelle.

Distribution
  • Conception et mise en scène : Camille Daloz
  • Jeu : Emmanuelle Bertrand
  • Jeu : Bastien Molines
  • Jeu : Alexandre Cafarelli
  • Jeu : Jérémy Cateland
  • Création lumière : Christophe Mazet
  • Scénographie : Emmanuelle Debeusscher
  • Création vidéo : Laurent Rojol
  • Univers sonore : Allister Sinclair
Représentations

Théâtre de l'Usine, Saint-Céré
  • vendredi 19 mars 20h30
Tarifs

Tarif B Placement libre
Plein 16 €
Découverte / Réduit 14 €
Passion / Réduit + 11 €
Jeune 5 €
Informations pratiques / abonnements

Tarif découverte / réduit : abonnés Découverte, groupe à partir de 10 personnes, comité d’entreprises, personnes handicapées
Tarif passion / réduit + : abonnés Passion, demandeurs d’emploi, intermittents du spectacle
Tarif Jeunes : moins de 18 ans et étudiants moins de 25 ans

Abonnement Découverte : abonnement nominatif 4 spectacles minimum. Cet abonnement vous donne droit au tarif découverte.
Abonnement Passion : abonnement nominatif 8 spectacles minimum. Cet abonnement vous donne droit au tarif passion.
Le + de l’abonnement Passion : faites découvrir le Théâtre de l’Usine à un de vos ami, il profite du tarif réduit sur un des spectacles de votre abonnement !

Réserver

Archives

- saison 2019/2020
- saison 2018/2019
- saison 2017/2018
- saison 2016/2017
- saison 2015/2016
- saison 2014/2015
- saison 2013/2014

© 2013 Opéra Eclaté - Création PIXBULLE