Devenez mécène

L'Origine Expérimentation de l'étonnement

Comment raconter une histoire dans une langue morte que plus personne ne comprend ? Comment réussir à communiquer autrement que par la parole ? 

Êtes-vous prêts pour une expérience théâtrale et linguistique unique ? Un comédien seul en scène nous raconte l’éloge de l’amour du grec Aristophane… en grec ancien. Découvrir des sonorités oubliées, une musicalité étrangère qui nous raconte une histoire vieille comme le monde de l’amour et de l’âme-sœur. Lorsque les sur-titreurs s’arrêteront, le comédien aura la lourde tâche de se faire comprendre par tous les moyens. La parole laissera la place au corps dans un langage universel.

Ce spectacle nous propose une façon de réapprendre à se comprendre au-delà des discours, réapprendre à écouter autrement, réapprendre à s’étonner.

Note d'intention

Je persiste à croire fiévreusement en l’humanité.

Mes deux précédentes créations exploraient les capacités de l'être humain à réinventer son quotidien. Dans mon travail, je donne à voir l’Homme dans sa plus grande nudité, riche de ses propres ressources. Ainsi je m'évertue à trouver une situation et un point de départ pour explorer encore et encore son ingéniosité vivace, celle qui s’anime lorsqu’on ne s’y attend pas.

Je mets en scène des instants, des situations qui donnent à voir son génie, sa malice, sa folie douce ou même son audace qui lui permettent de surpasser sa condition.

L’Origine prend ses racines dans Le Banquet de Platon, et plus précisément dans la fable contée par Aristophane sur l’origine des Hommes et de leur amour les uns pour les autres. Cette création sera à la fois une exploration éthologique, une expérience théâtrale et un espace ouvrant à la réflexion philosophique.

Pour ce nouvel opus, je souhaite explorer la capacité d’inventivité d’un être lorsqu’il est dans l'impossibilité de communiquer avec autrui ; traduire sur scène ladite « barrière de la langue ».

Lorsque je vois un grand nombre d’immigrés arriver en Europe depuis des décennies, je ne peux m’empêcher de me demander comment font ces populations ne maîtrisant pas la langue du pays d'accueil. Je m’émerveille de voir les capacités que ces personnes ont pour arriver à communiquer, comprendre, se faire comprendre.

J'ai souvenir de temps de voyages durant lesquels je me suis retrouvée face à quelqu'un ne parlant pas ma langue maternelle, ni aucune langue qui aurait permis une communication évidente. Et pourtant, l'échange s'est fait. La rencontre aussi. La découverte d'une autre pensée également. J’aime voir l’ingéniosité que ces situations demandent. Les passerelles non verbales que nous utilisons tous et toutes pour rentrer en contact. Aller vers l’autre. Tendre vers.

Malheureusement, nous ne faisons pas tout le temps cet effort d’émerveillement face à tous. C'est pourquoi, faute de ne pouvoir tenter d’aller vers l’autre quotidiennement, je souhaite sublimer et rendre compte théâtralement de cette expérience.

Afin de pouvoir communier. Nous redire, ensemble, que c’est possible.

Le théâtre, comme expérience sensorielle.

En prenant pour première référence l’expérience de Milgram, je propose au public de vivre une expérience linguistique unique.

Un homme se tient devant nous. Seul. Porteur d'une parole. L’éloge de l’amour d’Aristophane. Il est là pour nous la donner. Nous la dire dans une langue morte que plus personne ne comprend : la langue de Platon.

Alors, les opérateurs couperont volontairement le sur-titreur, seul élément présent pour aider à la compréhension du discours du sujet parlant grec ancien.
Nous demandons alors à notre cobaye d’utiliser tous les moyens possibles pour raconter son histoire.

Comment va-t-il faire pour nous transmettre cette parole ? Que va-t-il mettre en place pour ?
Qu’y a-t-il derrière les mots? Comment une compréhension universelle apparait ? Comment amener le spectateur à philosopher lui-même ?
Voilà ce que je propose d’explorer collectivement.
Il faudra écouter autrement, privée du sens commun.

Marie Clavaguera-Pratx

Les mots de Platon

Dans ce banquet où débattent plusieurs convives sur l'amour et le désir du beau, je ne garderai que le récit d'Aristophane pour explorer cet Eros, cette passion, ce délire amoureux.
Il utilise un mythe pour témoigner de la nostalgie d'une plénitude originelle. Une fable sur l'origine des Hommes et de leur amour les uns pour les autres.
Les trois catégories d’être humain-boule que les dieux ont coupées en deux :

"Chacun de nous n'est donc qu'une moitié d'homme qui a été séparée de son tout à la même manière dont on coupe une sole en deux. Ces moitiés cherchent toujours leurs moitiés. De là vient l'amour que nous avons naturellement les uns pour les autres."
Aristophane dans Le Banquet de Platon

Distribution
  • Marie Clavaguera-Pratx
  • Emilien Gobard
  • Création lumière : Vincent Loubière
  • Création sonore : Olivier Pot
  • Costume : Catherine Bénard
  • Construction décor : Emmanuelle Debeusscher
  • Assistantes à la mise en scène : Pauline Buffet et Soline Deplanche

Production Compagnie La Lanterne
Coproduction la Comédie Poitou-Charentes – Centre Dramatique National de Poitiers (86) - Centre Culturel d’Alénya (66)
Soutiens : DRAC Occitanie, Région Occitanie Pyrénées Méditerranée, Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Région Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées, Spedidam

Représentations

Théâtre de l'Usine
  • mardi 20 novembre 19h00
Tarifs

Tarif C Placement libre
plein 12 €
réduit/liberté 10 €
passion 8 €
jeune 5 €
Abonnements

Carte Liberté : 12€. Avec cette carte fidélité profitez du tarif réduit sur tous les spectacles de la saison d’hiver, en réservant tout au long de l'année.

Carte Passion : Pour 8 spectacles minimum achetés en une seule fois, vous bénéficiez de la carte Passion qui vous donne droit au tarif abonné sur tous les spectacles de la saison d’hiver, à des invitations surprises, des rencontres avec des artistes, des répétitions, des sorties de résidence…

Archives

- saison 2017/2018
- saison 2016/2017
- saison 2015/2016
- saison 2014/2015
- saison 2013/2014

© 2013 Opéra Eclaté - Création PIXBULLE